Paris-Pékin en stop (Partie 3) : Hébergé sur un bateau au Danemark !

paris pekin en stop

Armin et moi au coucher du soleil

Après une première nuit en tente dans une station de service Allemande, c’est fatigué que je reprends la route au petit matin. L’objectif de la journée est de traverser la frontière Danoise, puis pourquoi pas la frontière Suédoise car dans deux jours, j’ai réservé un Airbnb à Linköping, la ville où j’ai fait mon Erasmus en Suède.

Une première journée compliquée

C’est avec un couple de quinquagénaires et la mère du mari que j’embarque depuis la station service. Bien qu’il soient Danois, il ne vont malheureusement pas traverser la frontière aujourd’hui. Ils se contentent d’aller faire du shopping sur l’île de Fehmarn. Ça m’arrange quand même car cette île Allemande est le point de départ du ferry en direction du Danemark. Le trajet se passe sans encombre et je débarque à Fehmarn. C’est une île complètement hors du temps, où les Danois et les Suédois viennent faire leur courses d’alcool. L’alcool est tellement cher dans les pays scandinaves que les gens préfèrent faire l’aller retour sur cette île une fois par mois pour remplir leur voiture de bière/vin/vodka.

Mais voila, qui dit voiture remplie, dit pas de place pour prendre un auto-stoppeur… Je m’en rends vite compte quand je commence à faire du stop à la sortie de la ville sur la route qui mène au ferry. Toutes les voitures sont pleines à craquer…

paris pekin en stop

La longue attente à Fehmarn

J’attends depuis bientôt deux heures quand un couple d’Allemands s’arrête. Ils me disent qu’il vont au ferry et qu’ils veulent bien m’emmener. Je crie Bingo, prends mes affaires et saute dans la voiture. A moi le Danemark ! Enfin c’est ce que je croyais… Juste avant l’arrivée au ferry, ils me demandent « Alors on te dépose où ? ».  En fait il se trouve qu’il n’allaient pas « prendre » le ferry mais qu’ils allaient « jusqu’au ferry ». Subtils ces germaniques… Ils me disent qu’ils sont en vacances et qu’ils voulaient juste voir l’endroit d’où le ferry partait. Super vacances…

Je me retrouve donc comme un gland à faire du stop à l’endroit où les voitures payent leur billet pour le ferry. Pile poil devant les douanes qui me dégagent en moins de temps qu’il en faut pour dire « Sheize ». S’en suit alors une scène surréaliste où je remonte à pied sur la route à 10 voies qu’empruntent les voitures qui prennent le ferry. Je me pose à 200m des guichets, en plein milieu sur la voie n°5 et me mets à faire du stop à droite et à gauche !

paris pekin en stop

Une des situations les plus surréalistes de ma carrière

Après plus de deux heures d’attente infructueuse, je perds patience, prends toute mes affaires et décide d’aller au magasin duty-free à plus de 40 minutes de marche. Je me dis que peut être des voitures s’y arrêteront avant de prendre le ferry et que j’aurais plus de chance en leur parlant. Mais à peine ai-je eu le temps de mettre mon gros sac sur le dos qu’une grosse Audie bleue pétante s’arrête à ma hauteur. La vitre teintée s’ouvre et un mec tout sourire avec un short et un tee shirt « Miami Beach » me lance : « Eh où tu vas comme ça ? ».

Armin et sa femme Petra sont Allemands. Ils prennent le ferry en direction du Danemark pour aller passer une semaine sur leur bateau, stationné dans une marina à 30 minutes de la frontière. Non seulement ils me proposent de m’emmener avec eux sur le ferry mais en 10 minutes, ils me proposent de m’héberger sur leur bateau cette nuit. Comme quoi, tout vient à point à qui sait attendre.

La traversée en ferry est très sympa et me permet de traverser la quatrième frontière de mon aventure Paris Pékin ! En plus, Armin bénéficie d’un ticket VIP, on a donc été les premiers à entrer dans le ferry, et les premiers à sortir !

paris pékin en stop

Armin à l’arrivée au Danemark

A la descente du ferry, c’est l’heure de se ravitailler pour ce soir ! Viande de qualité, légumes, on peut dire qu’Armin et Petra ne se prennent vraiment pas la tête ! Il faut vraiment avoir un cœur en or pour partir en amoureux une semaine et inviter un type au hasard comme ça.

C’est la première fois qu’ils vont à leur bateau cette saison et il faut donc enlever les bâches d’hiver qui le protègent de la neige et des intempéries. C’est un gros boulot mais je prends beaucoup de plaisir à aider Armin. C’est un bateau en bois immense et magnifique, baptisé « Pepino ». Une fois le bateau nettoyé, Armin m’invite à un Whisky de bienvenue à bord.

paris pekin en stop

Le Whisky spécial du capitaine !

La soirée se passe à merveille et après une bonne douche, Petra nous prépare un super dîner. Armin ouvre une bouteille de vin rouge Français et on commence à parler de nos vies. Armin n’en a pas l’air mais il est le vice président d’une branche importante de Siemens. C’est un très très gros bonnet. Il passe sa vie à voyager autour du monde pour donner des conférences. Il me dira avoir travaillé avec le n°2 d’Apple et de Tesla… Allez petite anecdote : Armin et son équipe avaient une réunion au siège d’Apple un jour. Ils fournissent un logiciel à Apple qui avait quelques bugs, et les mecs n’étaient pas du tout contents. Après s’en être pris plein la gueule par les pontes d’Apple pendant plus d’une heure, ils négocient la durée des travaux pour réparer le logiciel. 3 mois, 4 mois, un budget de plusieurs millions d’euros ! Bref tout le monde est en colère quand tout d’un coup Armin sort : « J’ai toujours voulu une Apple Watch. Donnez moi en une et je vous le fais en 3 mois. ». Je lui demande si ça a marché, il retrousse sa manche en me souriant et je vois son Apple Watch flambant neuve !!

paris pékin en stop

Petite séance photo sur « Pépino »

Vers minuit, tout le monde est fatigué et Armin me montre ma cabine. Je me couche en pensant à cette folle journée, à mon réveil dans une tente dans une station service Allemande, aux heures d’attente sur la route pour prendre le ferry. Tous ces aléas sont effacés grâce à la gentillesse de mes hôtes, avec qui j’ai passé une soirée géniale. Quand on me demandera pourquoi je suis parti en stop, je pourrais répondre que c’est pour ce genre de moment unique qui ne peut pas arriver autrement qu’en stop. Armin et Pétra pousseront le comble de la gentillesse en m’emmenant en voiture sur une station service à côté de Copenhague le lendemain matin, ce qui m’aidera fortement à continuer mon aventure en Suède. Mais ça sera dans l’Épisode 4 !

L’avancement du voyage

 

Episode précédent : de Bruxelles à Hambourg 

Episode suivant : Je fais du bateau stop jusqu’en Lettonie !

– Nicolas

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envie de voyager plus et moins cher ?

Le Ebook gratuit de mes 10 plus incroyables histores de voyages

Une notification à chaque nouvel article sur mon blog

Un accompagement  personalisé dans tes voyages par e-mail

Des conseils et bons plans sur l'actualité du voyage

Suis moi sur les réseaux sociaux !

Abonne toi à ma Newsletter !

Et reçois :